Les Arméniens ont détruit 1107 établissements d’enseignement et 855 jardins d’enfants de l’Azerbaïdjan

Azərbaycan-Respublikası-Xarici-İşlər-Nazirliyi-AR-XİN_1499230755_1499234875.jpg

Le service de presse du ministère des Affaires étrangères de la République d’Azerbaïdjan a publié un communiqué de presse à l’occasion de la Journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques.

Le 9 septembre est la Journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques conformément à la résolution 74/275 de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée le 28 mai 2020.

La République d’Azerbaïdjan, étant partie à la Convention relative aux droits de l’enfant et à son Protocole facultatif concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés, ainsi qu’aux Conventions de Genève de 1949 pour la protection des victimes de la guerre, a fermement et systématiquement soutenu les efforts internationaux visant à assurer une protection efficace des droits des enfants et à améliorer la situation des enfants touchés par les conflits armés.

L’agression armée en cours de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan a infligé de graves dommages à l’infrastructure éducative de l’Azerbaïdjan. Dans les territoires occupés de la République d’Azerbaïdjan, 1107 établissements d’enseignement et 855 jardins d’enfants ont été totalement détruits.

En raison de la politique de nettoyage ethnique, tous les Azerbaïdjanais, y compris les écoliers, les étudiants et les enseignants ont été expulsés de leurs terres natales en Arménie proprement dite et dans les territoires occupés de l’Azerbaïdjan. Des dizaines de milliers de garçons et de filles azerbaïdjanais réfugiés et déplacés à l’intérieur du pays continuent de réaliser leur droit à l’éducation à l’ombre des graves défis découlant de leur déplacement continu.

De nombreux autres qui se trouvent le long de la ligne de confrontation assistent à leurs cours sous la menace constante d’être attaqués par des bombardements aveugles des forces armées arméniennes, malgré le cessez-le-feu formel. Ainsi, à la suite du bombardement aveugle des forces armées arméniennes en avril 2016 seulement, de nombreuses écoles des régions de Goranboy, Terter, Aghdam et Aghjabédi en Azerbaïdjan ont été gravement endommagées, l’école secondaire du village de Saryjaly du district d’Aghdam fréquentée par 220 écoliers a été détruite.

En rejoignant la communauté internationale pour marquer le 9 septembre comme Journée internationale de la protection de l’éducation contre les attaques, nous soulignons la responsabilité de l’Arménie dans les crimes de guerre qu’elle a commis à l’encontre des écoliers azerbaïdjanais. Dans le contexte de la réalisation de la vision de cette journée remarquable, nous soulignons la plus grande nécessité de mettre fin à l’impunité pour les crimes susmentionnés en traduisant tous les auteurs en justice.

L’Arménie doit mettre en œuvre les exigences des quatre résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU de 1993 (822, 853, 874 et 884) pour permettre à des dizaines de milliers d’enfants azerbaïdjanais de réaliser leur droit à l’éducation en toute sécurité. L’Azerbaïdjan compte sur le soutien et la solidarité de la communauté internationale à cet égard.