Actualités en ligne

Lancement du projet de jumelage : soutien au renforcement du système d’enseignement supérieur en Azerbaïdjan

01-25.09.18-5.jpg

Mardi 25 septembre 2018, le ministre azerbaïdjanais de l’Education M. Jeykhun Bayramov a participé à la cérémonie de lancement du jumelage européen « soutien au renforcement de l’enseignement supérieur en Azerbaïdjan », en présence des ambassadeurs de Lituanie, de Lettonie, d’un représentant de la Délégation de l’Union européenne et du Conseiller culturel de l’Ambassade de France.

Ce jumelage opéré par le Centre International d’Etudes Pédagogique (http://www.ciep.fr/) pour la partie française vise à accompagner la réforme du système azerbaïdjanais d’enseignement supérieur.

L’événement a réuni 90 participants venant de 22 universités azerbaïdjanaises, du ministère de l’Economie, du ministère du Travail et de la Protection sociale, de l’Académie des sciences, des entreprises locales, de l’union nationale des étudiants et des média locaux.

https://edu.gov.az/en/page/9/15480

L’équipe française de Judo à l’Ambassade de France imprimer

2-42.jpg

L’Ambassadrice de France en Azerbaïdjan Madame Aurélia Bouchez a reçu jeudi 27 septembre 2018 l’équipe nationale française de judo, à la Résidence de France, afin de célébrer le titre de vice-champions du monde.

Madame l’Ambassadrice a salué la performance de notre très jeune équipe repartie en France avec 5 médailles, dont une en or.

La France compte plus de 600000 membres au sein de la Fédération française de Judo (https://www.ffjudo.com/) présidée par l’ancien champion du monde Jean-Luc Rouge, qui était présent durant la réception (http://www.alljudo.net/judoka-499-rouge-jean-luc.html).

Vice-champions du monde 2018 !!!

La coopération militaire azerbaïdjano-monténégrine au menu des discussions

15377961713729331031_1000x669.jpg

Le colonel-général Zakir Hassanov, ministre azerbaïdjanais de la Défense, s’est entretenu ce lundi avec une délégation conduite par son homologue monténégrin Predrag Boskovic, en visite en Azerbaïdjan afin de participer au Salon international de l’industrie de défense « ADEX 2018 ».

Les ministres se sont félicités du développement des relations bilatérales entre les deux pays, soulignant qu’il existait un bon potentiel pour élargir la coopération entre l‘Azerbaïdjan et le Monténégro dans divers domaines, y compris militaire.

Mettant en valeur l’importance de la visite de la délégation monténégrine à Bakou pour participer au 3e Salon international de l’industrie de défense « ADEX 2018 », le colonel-général Zakir Hassanov a dit que cela donnerait une nouvelle impulsion au développement de la coopération militaire entre les deux pays.

Pour sa part, Predrag Boskovic a indiqué que les liens entre les deux Etats étaient basés sur les relations amicales et son pays était un partenaire important de l’Azerbaïdjan. Il a souligné la nécessité de ce genre de visites en termes d’élargissement des liens bilatéraux et de la coopération militaire.

Les questions régionales et internationales, ainsi que les perspectives de développement de la coopération militaire bilatérale ont fait l’objet d’un échange de vues.

AZERTAC

La France participe à « l’Eurovillage » au Nakhitchevan

img_3531.jpg

Samedi 22 et dimanche 23 septembre 2018, la France a pris part aux journées européennes au Nakhitchevan, organisées par la Délégation de l’Union Européenne en Azerbaïdjan. Le stand français y était animé par l’Institut français d’Azerbaïdjan (www.ifa.az) et l’Ambassade de France, en partenariat avec la chaire de langue française de l’Université d’Etat du Nakhitchevan (http://ndu.edu.az/en/content/188/) et l’antenne de l’agence Campus France en Azerbaïdjan (https://www.facebook.com/campusfranceazerbaidjan/ ). }

Venu très nombreux, le public a été sensibilisé au rôle de la langue française dans le monde (https://www.francophonie.org/-donnees-et-statistiques-langue-francaise-), à la diversité de notre partenariat linguistique et culturel au Nakhitchevan ainsi qu’aux possibilités de découverte touristique (http://www.atout-france.fr/) et d’études en France.

Au cours de cet évènement, Johan Schitterer, Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France et Directeur de l’Institut français d’Azerbaïdjan a rencontré M Vasif Talibov, Président de l’Assemblée Suprême de la République Autonome du Nakhitchevan et plusieurs acteurs économiques de la République du Nakhitchevan, en compagnie d’une quinzaine de représentants de pays membres de l’Union Européenne.

Il est également intervenu auprès des écoliers de l’école n’3 et des étudiants de l’Université Privé du Nakhitchevan, pour présenter la France et sa place au sein de l’Union Européenne.

Pour trouver les articles de presse à ce sujet cliquez ici

 

29 pays seront représentés au salon ADEX-2018

msn--1537774420.jpg

224 entreprises de 29 pays participeront au Salon international de défense ADEX-2018 à Bakou, a déclaré le vice-ministre azerbaïdjanais de l’Industrie de défense, Yahya Moussaïev, lors d’une conférence de presse lundi.

Il a été noté que l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Chine, la France, Israël, le Pakistan, l’Iran, la Russie, la Serbie, la Turquie et l’Ukraine participeront au salon avec 11 pavillions nationaux.

Les quatre premiers pays avec le nombre élevé d'entreprises représentées au salon - Turquie (41 entreprises), Russie (25 entreprises), Israël (14 entreprises), Biélorussie (10 entreprises).

En outre, les ministres et les chefs de l'organisation de 6 pays et les présidents de l'entreprise et du comité de 11 pays sont attendus à l’exposition.

Au total, 34 délégations officielles de haut niveau représentant 23 pays participeront à l'exposition.

Doit-on s’attendre à des péripéties après le consensus sur la mer Caspienne

capture-d_ecc81cran-2018-09-28-acc80-16-18-211.jpg

Les bouleversements géopolitiques intervenus au cours du XXe siècle obligent la géographie à redessiner le monde. Le découpage planétaire auquel nous nous sommes habitués, auquel l’Europe a contribué largement depuis des siècles, devient de moins en moins pertinent  laissant sa place à l’Asie ou à l’Eurasie qui surgit, conséquence de l’issue de la lutte entre deux puissances, guerre froide américano-soviétique et de la transformation du Tiers Monde. L’émergence de nouveaux pays industrialisés est surtout devenue un phénomène asiatique.

 CASPIENNE, un peu de géopolitique

Avec une superficie de près de 400 000 kilomètres carrés, la mer Caspienne est la plus grande étendue d’eau continentale du monde. La Caspienne, outre qu’elle occupe une position stratégique, recèle des hydrocarbures en quantité et le meilleur caviar du monde. Elle recèle, selon les estimations, près de 50 milliards de barils de pétrole et 300 mille milliards de mètres cubes de gaz.

À la suite de la conquête russe du Caucase et de l’Asie centrale, la Caspienne s’est transformée au XIXe siècle en une mer russo-persane. Implanté en Inde, le Royaume-Uni a tenté à la fois de s’imposer et d’empêcher la progression russe vers les mers chaudes. Le « Grand Jeu » désignait les luttes d’influence entre les empires russe et britannique pour contrôler les Indes ainsi que l’Asie centrale.

La base juridique du statut de la mer Caspienne était définie par le traité soviéto-iranien de 1921 et le deuxième traité de 1940 confirmait cet accord en définissant la Caspienne comme « une mer soviétique et iranienne ». L’éclatement de l’URSS avec l’apparition de trois nouveaux Etats riverains l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan, a bouleversé la donne dans cette région.

Caucase et Asie Centrale: « indispensables partenaire »?

Après plus de 25 ans d’hésitation, on a enfin un statut pour la mer Caspienne qui permet d’avoir une harmonisation à la fois sociale, en terme de droits de douane et fiscale. De plus, le commerce est libre entre les deux rives de la mer Caspienne.

Capture d_écran 2018-09-28 à 16.17.42Selon le Président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe, Emmanuel Dupuy « C’est une heureuse façon de montrer que l’ensemble des pays riverains partagent cette richesse de manière équilibrée ».

Il est cependant possible de distinguer deux types de réussites pour chacun des pays : d’un côté il y a ceux qui en tireront un véritable bénéfice économique et de l’autre ceux pour qui l’accord politique et diplomatique prime sur l’économie.

« Si nous examinons cet accord à partir du principe de la division des fonds marins en secteurs, le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan sont des pays qui en tirent le plus d’avantages, car leurs secteurs sont plus riches en pétrole et en gaz » estime Stanislav Pritchin, le chef du groupe d’analyse du centre de recherche sur l’Asie centrale et le Caucase de l’Académie des sciences de Russie.[1]

De son côté le vice-ministre des Affaires Etrangères de l’Azerbaïdjan, Khalaf Khalafov estime que l’Azerbaïdjan a joué un rôle important dans la signature de l’accord historique sur le statut de la mer Caspienne, le 12 aout de cette année, grâce à sa capacité à établir des relations bilatérales et multilatérales avec d’autres États riverains de la mer Caspienne, fondé sur la confiance mutuelle, la dialogue et l’amitié. « Le projet conceptuel de l’accord sur le statut juridique de la mer Caspienne, a été élaboré et présenté à d’autres parties par l’Azerbaïdjan. Ce facteur a joué un rôle exceptionnel dans la définition de l’objet des négociations , à l’époque. En outre, la base des principes fondamentaux de l’accord a été élaborée en 2010, le 18 Novembre à Bakou au cours du Troisième Sommet des Etats riverains de la mer Caspienne ».

LA RUSSIE, VAINQUEUR « POLITIQUE »

Capture d_écran 2018-09-28 à 16.18.59

Les présidents Aliyev ( Azerbaïdajan), l’Iranien  Rohani, Berdimuhamedov (Turkménistan), Poutine  (Russie),Nazabaief ( Kazkhstan)

Le Président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe, Emmanuel Dupuy estime que la Russie a renforcé son image en tant que figure diplomatique internationale capable de concessions pour résoudre des problèmes existant depuis plusieurs décennies.

Le Kremlin a fait des concessions à ses voisins et souhaite avant tout montrer qu’il est initiateur de stabilité dans cette région. Une image qui lui faisait défaut depuis les crises géorgienne (2008), ukrainienne (2014) et syrienne (2011-2018). De plus, face à Pékin qui étend son influence en Asie centrale via les « Nouvelles routes de la soie », Moscou assume avec cet accord un leadership régional.

L’IRAN, GRAND PERDANT DE L’ACCORD ?

Autrefois, la Caspienne était un lac intérieur appartenant à la puissance perse. Plusieurs défaites militaires au XIXème siècle contre l’empire russe, ont fait perdre à l’Iran cette domination sur la plus grande mer fermée du globe. Cette situation s’empire aujourd’hui. En effet, Téhéran récupère la plus petite zone de la Caspienne.

Pourtant, tout n’est pas perdu. Cet accord intervient dans une période de fortes tensions suivie des sanctions américaines. Le gouvernement iranien a besoin de renforcer ses relations régionales. C’est le résultat obtenu au sommet du 12 août. Cet accord a été l’occasion pour l’Iran de négocier de futurs projets communs avec l’Azerbaïdjan. Alors que l’Iran a par le passé montré certaines « autorités impérialistes » vis à vis de cette région de la Caspienne, le gouvernement de Téhéran accepte aujourd’hui une concession dont on ne le croyait pas capable.

L’émergence de la nouvelle zone stratégique et l’Europe

Capture d_écran 2018-09-28 à 16.18.45En plus de réglementer les richesses de la Caspienne, la convention prévoit également « le respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale … ainsi que le « non-recours à la force ou menaces de force » sur ses eaux. Il est admis désormais qu’aucune puissance étrangère ne pourra avoir de base ou de vaisseau militaire sur la mer Caspienne. Cela signifie qu’aucun navire américain ou de l’Otan ou autre ne viendront perturber le contrôle de la sécurité de la mer Caspienne. Lors de la cérémonie de la signature de l’accord, le Président russe Vladimir Poutine a plaidé pour une plus grande coopération militaire entre les pays de la mer Caspienne afin d’«assurer la paix» dans la région. «La mer Caspienne n’appartient qu’aux pays de la Caspienne», a immédiatement salué le président iranien Hassan Rouhani.

S’il est possible de se réjouir de l’entente régionale entre les cinq pays riverains de la mer Caspienne, il n’est pas sûr que cet accord favorise les intérêts des États européens et le développement d’une influence européenne dans cette partie du monde. (*NDLR )

Selon Emmanuel Dupuy « Le statut de la mer Capsienne est un exemple symbolique d’une vraie vision intégrée sub-régional qui consiste à dire qu’au moment où l’organisation internationale de Shanghai s’élargie, l’Iran est, quasiment, en train de devenir le neuvième membre de l’organisation. Au moment où « la Nouvelle Route de la soie » englobe ou enchâsse toute la projection de la puissance de la Chine, il confirme l’intérêt de la Russie d’avoir elle-même, une vision eurasienne ».

On voit bien qu’une nouvelle zone d’intérêt stratégique, au niveau planétaire, est en train d’émerger. Cette nouvelle configuration engendre une convergence d’intérêt diplomatique entre l’Iran – la Russie et entre la Turquie – la Russie. Cela est observable, également, au travers du consensus Astana. La nouvelle lecture des relations internationales induit que ces dernières se jouent moins autour du lac Atlantique, et davantage sur le continent Asiatique.

*L’organisation internationale de Shanghai : 3,2 milliards d’habitants,( Chine, Inde, Russie, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan et lPakistan ; 37,5 millions de km², 37 200 milliards de dollars de PIB (PPA), 5,6 millions de militaires….(ndlr)

Capture d_écran 2018-09-28 à 16.17.24

Une prime, pour la beauté.

Vusala Aliyeva

97% des tubes du tronçon d’Albanie et de Grèce de TAP ont été assemblés par soudage

Neft-tap.jpg

Au moins 97% des tubes du tronçon d’Albanie et de Grèce du gazoduc transadriatique (TAP), qui prévoit d’acheminer le gaz naturel azerbaïdjanais vers l’Europe ont été assemblés par soudage, a déclaré Lisa Givert, responsable de la communication du consortium TAP, dans une interview exclusive à l’AZERTAC.

«Une piste de 756 km du tronçon d’Albanie et de Grèce (long de 765 km) du gazoduc transadriatique a été complètement aménagée et évaluée. En plus, 97 % des tubes ont été assemblés par soudage dans les deux pays et environ 90% d’entre eux ont été descendus dans la fouille», a-t-elle ajouté.

Pour rappel, au début septembre, une piste de 215 km du tronçon de TAP (550 km) qui traversera l’Albanie a été complètement aménagée et évaluée, des tubes ont été alignés en bord de piste. 205 km de tubes ont été assemblés par soudage et environ 189 km de tubes ont été enfouis. Une piste de quelque 145 km a été remise en état.

Une piste de 540 km du tronçon qui traversera le territoire grec a été aménagée et évaluée. Environ 538 km de tubes ont été alignés en bord de piste et assemblés par soudage. 504 km de tubes ont été enfouis et une piste de 430 km a été remise en état.

Les bases du gazoduc TAP ont été jetées le 17 mai 2016 à Thessalonique, en Grèce. Le conseil d'administration de la Banque européenne d'investissement a ratifié le 6 février le financement d'un montant de 1,5 milliard d'euros pour le gazoduc TAP qui passera à travers la Grèce, l'Albanie et sous la mer Adriatique avant de rejoindre les côtes de l'Italie du Sud où il sera connecté au réseau de gaz naturel de l'Italie. Ce projet fait partie du Corridor gazier Sud et est une initiative lancée par le Conseil de l'Europe, la Commission européenne et le Parlement européen dans le cadre de la politique énergétique de l'Union européenne.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) prévoit d'allouer cette année des prêts d'un montant de 1,2 milliard d'euros au gazoduc transadriatique (TAP). Le montant attendu sera de l'ordre de 500 millions d'euros en prêt direct et jusqu'à 700 millions d'euros en prêt syndiqué. La décision finale devrait être prise vers le milieu de l'année.

Plus de 77 % des travaux, y compris ceux d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction ont été effectués.

La construction de deux stations de compression, la première à Kipoi, en Grèce, et la deuxième à Fier, en Albanie, est poursuivi. En plus, une station de mesure est en cours de construction non loin de la région de Bilisht, dans l'est de l'Albanie. La société Saipem lancera les travaux de forage du microtunnel dans les prochains mois

La construction du tronçon sous-marin du gazoduc s’achèvera en 2019.

Considérée comme la plus grande chaîne de gazoducs en construction dans le monde entier, le Couloir gazier Sud, long d'environ 3.500 km, se compose du gazoduc du Caucase du Sud, du gazoduc transanatolien (TANAP) et de celui Transadriatique (TAP) qui devront acheminer le gaz extrait du gisement de Chahdeniz de l'Azerbaïdjan vers le marché mondial.

Le gazoduc Transadriatique, long d'environ 878 km (550 km en Grèce, 215 km en Albanie, 105 km sous la mer Adriatique, 8 km en Italie), ayant un diamètre de 48 pouces (38 pouces dans la partie souterraine), se joindra au gazoduc transanatolien (TANAP) à Kipoi, village grec situé à la frontière turco-grecque. Le projet TAP prévoit l'acheminement du gaz extrait du gisement de Chahdeniz-2 vers le Sud de l'Italie, ensuite vers l'Europe de l'Ouest, via la Grèce et l'Albanie en passant à travers la mer Adriatique. La capacité initiale du TAP, qui sera mis en service en 2020, sera de 10 milliards de m3 par an.

Les actionnaires du projet TAP sont : BP (20 %), Socar (20 %), Snam (20 %), la Belge Fluxys (19 %), l'Espagnole Enagás (16 %) et la Suisse Axpo (5 %).

AZERTAC

Trois instruments de musiques nationaux azerbaidjanais ont été offerts au musée en France

 kamanca2.jpg

Trois instruments de musiques nationaux ( kamantcha, double tambour et balaban) ont été offerts au musée des instruments a Céret, France par l'initiative de l'Ambassade de la République d'Azerbaidjan et l'Association dialogue France-Azerbaidjan.

Lire la suite...

L’Azerbaïdjan sera présent au village des Thés à Paris

FB_IMG_1537804112147.jpg

L'Azerbaidjan sera prėsent au village des Thės du 5 au 7 octobre à Paris. Le Carrefour se rėfère à l'Association des Amis d'Azerbaidjan (AAA).
"Venez nombreux pour déguster délicieux thés et pâtisseries Azerbaïdjanais" - annonce l'AAA sur sa page de facebook.

Page 6 sur 170