Nouvelles

Tourisme : l’Azerbaïdjan sous les projecteurs des médias français

turizmLe site www.quotidiendutourisme.com a publié un article sur le potentiel touristique de l’Azerbaïdjan.

L’AZERTAC présenté le texte intégral de l’article :

Au bord de la mer Caspienne, Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, s’avère une destination agréable tant pour des voyageurs qui voudraient découvrir de nouveaux horizons ou pour l’organisation de séminaires. 60 professionnels ont pu le constater grâce à la convention des Entreprises du Voyage Ile-de-France qui a eu lieu du 24 au 28 juin.

Ultra moderne, lumineux et fonctionnel, l’aéroport de Bakou est une porte d’entrée qui symbolise ce qu’est devenue la capitale du pays. Les quelque 60 participants à la convention des Entreprises du Voyage Ile-de-France ont en effet pu découvrir une ville aux infrastructures modernes, sûre et agréable à parcourir.

Il est agréable de flâner dans la vieille ville, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco et déambuler sur la corniche qui surplombe la mer Caspienne. Pays musulman et laïc, l’Azerbaïdjan est réputé pour la qualité de ses vins et de sa cuisine – un atout, bien sûr, pour les Français. A l’heure où la carte des destinations se rétrécit, Bakou peut donc être une alternative efficace pour organiser séminaires et conventions. Seul petit bémol, soulevé par Michelle Laget-Herbaut, présidente des Entreprises du Voyage Ile-de-France, devant le ministre du tourisme et de la culture, l’horaire du vol retour (6h30) peut être préjudiciable pour optimiser l’organisation d’une convention. Précisons, néanmoins, qu’Azerbaïdjan Airlines, qui dessert tous les jours Bakou depuis Paris, s’avère une compagnie efficace qui offre des petits déjeuners, déjeuners et même goûters copieux. L’offre hôtelière est dense et de grandes enseignes y sont présentes. Les participants ont pu apprécier la qualité de l’hôtel Fairmont, située dans l’une des trois tours en forme des flammes – les "Flame Towers". Spacieuses chambres, piscine, salle de sport, restaurants de qualité, il y est même possible de pouvoir suivre un match de l’équipe de France de football pendant l’Euro. Par ailleurs, en moins d’une heure, il est aisé de rejoindre la réserve de Gobustan et ses volcans de boue qui abrite des peintures rupestres. On y visite aussi un musée où des bornes interactives et des scénographies permettent de nous plonger dans notre passé. Rappelons, aussi, qu’il sera plus aisé de faire une demande de visa à partir de septembre et que l’Azerbaïdjan sera exposant lors du prochain IFTM-Top Resa.

Grand Prix d'Oulan-Bator : Davoud Mammadsoy remporte le bronze

sport5Le judoka azerbaïdjanais Davoud Mammadsoy a remporté la médaille de bronze du Grand Prix d'Oulan-Bator.

Lire la suite...

Mark Hauptmann : la communauté internationale doit faire pression sur l’Arménie

pressionUn article intitulé «Le règlement pacifique pour le Haut-Karabagh» a été publié dans le journal allemand Südthüringen Kurier.

Dans l’article, on retrouve les avis du député du Bundestag allemand Mark Hauptmann concernant le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh.

Ayant appelé les parties à rester engagées à une solution pacifique, le député allemand insiste sur l’importance de mettre un terme à l’occupation pour un règlement durable. «L’Arménie doit retourner à l’Azerbaïdjan le Haut-Karabagh qu’elle a occupé en violant le droit international. En 1993, l’OSCE et le Conseil de sécurité de l’ONU ont adopté des résolutions à ce sujet», a-t-il estimé.

Le député juge inacceptable le gel du conflit. «La communauté internationale doit faire pression sur l’Arménie pour la libération des territoires occupés», a-t-il conclu, annonce l'AZERTAC.

 

Session de l’AP de l’OSCE : la vice-présidente du Milli Medjlis a répondu avec justesse au discours biaisé d’un représentant arménien

sesiyq spqvedlivostiEn marge de la deuxième journée de la 25e session de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE, s’est tenue la réunion de la commission des questions politiques et de la démocratie de cette organisation.

Lors des discussions autour de l’intervention de la rapporteuse de la commission Margaret Sederfelt, un membre de la délégation arménienne a accusé l’Azerbaïdjan d’empêcher le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh. La réponse de la partie azerbaïdjanaise ne s’est pas faite attendre longtemps. La vice-présidente du Milli Medjlis Bahar Mouradova a jugé «faute» et «absurde» l’allégation de son homologue arménien.

«L’OSCE est une plateforme de dialogue pour le règlement des conflits. Comme l’avait dit la rapporteuse Sederfelt, l’OSCE n’est pas seulement une plate-forme pour le dialogue, mais aussi pour la coopération honnête relative aux questions sérieuses. Il est bien connu que l’Azerbaïdjan est prêt aux discussions transparentes et équitables pour le règlement de ce conflit et l’a prouvé à plusieurs reprises», a-t-elle précisé.

La responsable de la délégation azerbaïdjanaise a souligné qu’il y avait beaucoup de travail à faire pour sortir de l’impasse concernant le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh et renforcer la coopération objective et principale. «Accroître le rôle de l’OSCE dans la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme, préparer des méthodes plus opérationnelles en ce sens sont très nécessaires», a estimé Bahar Mouravoda, exprimant son espoir à ce que la question concernant l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et l’occupation de ses territoires par l’Arménie seraient inclus dans la résolution et les documents finaux de la session.

Lors de son intervention, le vice-président de la commission des questions politiques et de la démocratie de l’AP de l’OSCE Azay Gouliyev a attiré l’attention des députés sur les attentats terroristes perpétrés partout dans le monde.

Il a noté que l’OSCE devait créer un mécanisme efficace pour la lutte contre la terreur et parvenir à unir les efforts de différents pays dans une coalition internationale antiterroriste.

Ayant ensuite pris la parole, le député Elchad Hassanov a indiqué la nécessité de mettre un terme aux provocations arméniennes. «Le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh est une majeure menace pas seulement pour le Caucase du Sud, mais aussi pour la région de l'OSCE dans son ensemble. Ce conflit doit être résolu aussitôt que possible sur la base des normes et principes du droit international», a-t-il conclu, annonce l'AZERTAC.

Aurélia Bouchez a assisté à cérémonie de remise des certificats

onaaMme Aurélia Bouchez, Ambassadrice de France en Azerbaïdjan, a assisté à la cérémonie de remise des diplômes de la fondation UFC aux étudiants qui partiront faire leurs études à l’étranger à la rentrée. Cette cérémonie, qui s’est déroulée au Centre international du Mugham, a permis de faire la connaissance d’une dizaine d’étudiants qui poursuivront leurs études dans un établissement français à partir de septembre : école d’architecture de Montpellier, université de Nice, université de Haute-Alsace, université de Lyon, école Camondo, a annonce l’ambassade de la France en Azerbaïdjan.poslixxa

La SOCAR a exporté plus de 8,5 millions de tonnes de brut depuis le port de Ceyhan en six mois

socar5En juin dernier, la SOCAR a exporté 159 mille 574 tonnes de pétrole depuis le port de Novorossiysk, 176 mille 120 tonnes depuis le port de Supsa et 1 million 340 mille 337 tonnes depuis le port de Ceyhan.

Selon l'information de l'AZERTAC En janvier-juin 2016, 479 mille 73 tonnes de pétrole ont été acheminés depuis le port de Novorossiysk, 1 million 217 mille 67 tonnes depuis le port de Supsa, 8 millions 536 mille 793 tonnes depuis le port de Ceyhan et 14 mille 946 tonnes depuis le terminal Kulevi.

Les indicateurs du brut exporté par la SOCAR représentent ceux du gouvernement azerbaïdjanais ainsi que ceux de la société, selon le service de presse de la SOCAR.

 

Déjeuner de travail avec les ambassadeurs des pays européens et le vice - ministre

naxcivamliSelon l’information de l’ambassade de la France, l’ambassade des Pays -Bas et la Délégation de la Commission européenne à Bakou ont organisé, au restaurant Nakhtchivani, un déjeuner de travail avec les ambassadeurs des pays européens et le vice - ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, Mahmud Mammadguliyev à l’occasion de la fin de la présidence tournante des Pays- Bas du Conseil de l’Union européenne.

Le président en exercice de l’OSCE a rencontré la communauté azerbaïdjanaise du Haut-Karabagh

KARABAGA l’école №4 de la ville de Khankendi située dans la cité de Choucha dans le bourg de Ramana de Bakou, Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères et président en exercice de l’OSCE, a rencontré les personnes déplacées de la région du Haut-Karabagh de l’Azerbaïdjan occupée par l’Arménie.

Pendant la rencontre, le président de l’Association de la communauté azerbaïdjanaise de la région du Haut-Karabagh, Bayram Safarov, a souligné que 20% du territoire de l’Azerbaïdjan avaient été occupés à la suite de la politique d’agression de l’Arménie lancée depuis 1998. Malgré les résolutions connues de l’ONU, Erevan poursuit sa politique d’agression. «Cette occupation a infligé des dommages significatifs à notre peuple, plus d’un million d’Azerbaïdjanais ont été contraints de quitter leur foyer natal», a fustigé B. Safarov, ajoutant que les personnes déplacées, notamment les jeunes souhaitaient retourner dans leur terre natale.

Selon l'information de l'AZERTAC les membres de l’administration de l’Association - Farhad Badalbeyli et Tovchan Rzayev ont fait savoir que l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’inviolabilité des frontières de l’Azerbaïdjan avaient été consacrées dans les résolutions № 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que dans sept déclarations du président de cette organisation. «C’est pour cette raison que le statu quo actuel doit être changé. C’est-à-dire, les troupes arméniennes doivent se retirer des territoires occupés de l’Azerbaïdjan et les personnes déplacées doivent rentrer chez eux. A cet égard, les communautés azerbaïdjanaise et arménienne du Haut-Karabagh doivent avoir les mêmes droits en tant que partie intéressée», ont-ils estimé.

Les intervenants ont rappelé que les personnes déplacées et les Arméniens vivaient en paix avant l’occupation. «Les Azerbaïdjanais sont prêts à vivre de nouveau en paix avec les Arméniens seulement après le règlement du conflit du Haut-Karabagh dans le cadre de l’intégrité territoriale et de la souveraineté internationalement reconnues de l’Azerbaïdjan», ont-ils expliqué.

Page 5 sur 21