Nouvelles

Pétrole : la SOCAR exporte plus de 7,1 millions de tonnes de brut en 5 mois

petrolEn mai dernier, la SOCAR a exporté 79 mille 963 tonnes de pétrole depuis le port de Novorossiysk, 254 mille 748 tonnes depuis le port de Supsa et 1 million 454 mille 760 tonnes depuis le port de Ceyhan.

En janvier-mai 2016, 319 mille 499 tonnes de pétrole ont été acheminés depuis le port de Novorossiysk, 1 million 40 mille 947 tonnes depuis le port de Supsa, 7 millions 196 mille 455 tonnes depuis le port de Ceyhan et 14 mille 946 tonnes depuis le terminal Kulevi.

Les indicateurs du brut exporté par la SOCAR représentent ceux du gouvernement azerbaïdjanais ainsi que ceux de la société, selon le service de presse de la SOCAR.

 

azertag

L’œuvre du célèbre écrivain argentin à publie en Azerbaïdjan

morel2La présentation du livre «L'invention de Morel» à eu lieu à Bakou dans un projet commun du Centre de traduction aupres du cabinet des ministres de la Republique de l’ L'Azerbaïdjan avec l’Ambassade d’Argentine en Azerbaïdjan.

A la cérémonie on a été participés des représentants de diverses ambassades et personnalités culturelles et scientifiques de l’Azerbaïdjan.

L’œuvre d’Adolfo Bioy Casares, le célèbre écrivain argentin, lauréat du prix littéraire «Cervantès» publie en Azerbaïdjan pour la première fois.

Le livre a été traduit en azerbaïdjanais au cadre du programme «Sud» avec l’appui du Ministère des affaires étrangères de l’Argentine. Le livre a été traduit de l’original par spécialiste d’espagnol Emin Aleskerov.merlin

L’ Ambassadeur de l’Argentine en Azerbaïdjan Carlos Dante Riva a noté que les liens dans le domaine de la culture et le commerce sont les deux principaux piliers, ceux qui renforcent des relations solides entre les deux pays. Selon lui, Jorge Luis Borges, l’ami d’Adolfo Bioy Casares, le grand écrivain argentin a appelé ce livre comme «excellent». Il a souligné que cet œuvre a gagné le prix littéraire «Cervantès» et c’est un grand dépôt à la litterature espagnole. Carlos Dante Riva dit que en faisant la conaissance avec «L'invention de Morel» nous trouvons un exepmle d’un œuvre elegant et propre appartient à la littérature de l’Amérique du Sud.

 

«Le Cerrefour»

 

 

 

 

Une réception officielle organisée à Paris à l’occasion de la fête nationale de l’Azerbaïdjan

france289L’ambassade d’Azerbaïdjan en France et la représentation permanente azerbaïdjanaise auprès de l’UNESCO ont organisé conjointement une réception au Centre culturel azerbaïdjanais de Paris à l’occasion du 28 Mai, Journée de la République.

Lire la suite...

Total et ses partenaires intensifient leurs efforts conjoints pour lancer la production dans le gisement Abchéron

totalikTotal et ses partenaires intensifient leurs efforts conjoints pour lancer la production dans le gisement Abcheron. C’est ce qu’a déclaré Mike Borrell, directeur Europe continentale et Asie centrale pour Total Exploration-Production, lors de son entretien avec le ministre azerbaïdjanais de l’Energie Natig Aliyev, le 1er juin à Bakou.

Les succès obtenus grâce à l’activité d’environ 20 ans de Total en Azerbaïdjan ont été portés à l’attention.

Total et ses partenaires intensifient leurs efforts conjoints afin de lancer la production dans le gisement d’Abchéron. À l’heure actuelle, un plan de développement sur le complexe Abchéron, situé dans les eaux profondes de la mer Caspienne, est en cours d’élaboration.

azertag

A l’ULA s’est tenue la présentation de poèmes de Samed Vurgun, traduit en français

samed 3A l’Université des Langues d’Azerbaïdjan (ULA) a eu lieu une présentation de la collection de poèmes par l’éminent poète national de l’Azerbaïdjan, le grand dramaturge Samed Vurgun, traduit en français, organisé par le Centre "SABAH" de l’Université. Le livre est dédié à la fille du poète Aybeniz Vekilova.

Lors de la présentation on a été donnée des informations détaillées sur la vie et les œuvres du poète national Samed Vurgun, ses poèmes dans son propre lecture, mais aussi une vidéo sur sa fille.

La directrice de la Maison-musée de Samed Vurgun Nouchabai Vakilova a noté que le 2016 a été déclarée comme «L’année de Samed Vurgun» et son poème «Azerbaijan» est une perle mémorable de la poésie azerbaïdjanaise. Elle a également partagé ses souvenirs de Vagif Samedoglu, son fils. La directrice a invité des étudiants visite le Musée pour éduquer.

semedPuis la parole a pris lenseignant du groupe «SABAH»,la traductrice du livre en français, également une proche parente de Samed Vurgun Aygun Vakilova qui a informé sur le livre. Notant que le livre reflète aussi informations des lettres de sa femme et ses enfants, elle a souligné que traduire le livre, c’est une tâche très difficile. En conclusion Aygun Vakilova a remercié tous ceux qui l’a aidé dans cette prise en charge.

Au cours de l’événement, les étudiants du groupe «SABAH» ont récité des poème de la collection «Aybniz» en français.

 

«Le Carrefour»

La coopération universitaire franco-azerbaïdjanaise renforce

sefirlik tebdirCinq étudiants azerbaïdjanais de l’Université d’Economie d’Etat d’Azerbaïdjan se rendront en France l’année prochaine pour un semestre d’études au Centre de Formation Franco-Américain en Management (CEFAM). Ils ont été sélectionnés dans le cadre d’un grand concours organisé par le CEFAM et l’Ambassade de France en Azerbaïdjan. Ce concours était composé de tests d’aptitude en langue, de la rédaction d’un essai sur la « diversification économique de l’Azerbaïdjan » et d’entretiens individuels. Ce programme, financé par le programme Erasmus + de l’Union européenne, vient renforcer la coopération universitaire franco-azerbaïdjanaise déjà très florissante et souligne l’engagement de la France pour la formation de la future élite azerbaïdjanaise.

          A cette occasion, l’Ambassade de France en Azerbaïdjan a convié les 5 lauréats et leurs proches à une réception, le 1er juin 2016, pour la remise officielle des bourses d’études, en présence de la vice-directrice du CEFAM, Mme Karine Chaux et du Recteur de l’Université d’Economie d’Etat d’Azerbaïdjan, M. Adalat Muradov. A la réception Mme Aurelia Bouchez , l’Ambassadrice de France en Azerbaidjan a dit que l’Ambassade de France en Azrbaidjan s’engage depuis des années aux cotes des etudiants azerbaidjanais désireux de se rendre en France pour y suivre un cursus universitaire. En parlant l’activité du Campus France elle a souligné que depuis 2013, un espace Campus France a été ouvert au coeur de l’Institut Français d’Azerbaidjan. « Ses missions sont multiples. Le correspondant Campus France est là pour orienter les étudiants, les aider à monter leur projet d’études, les aider à trouver un logement en France, les aider à financer leurs études »-a-t-elle ajouté. Mme Aurelia Bouchez a remercié les representants du CEFAM pour l’opportunité offerte aux étudiants de se rendre à Lyon et d’y suivre le temps d’un semestre une partie de leurs études.

Mme Karine Chaux, la vice-directrice du CEFAM a prononcé son plasir de se rendre en Azerbaidjan et d’etre honorée par l’accueeil et l’hospitalité du pays. Elle a dit que, celui-ci a permis de poser la première pierre de la coopération qu’on éspere durable pour les deux pays. « Cette aventure va permettre les étudiants aussi de découvrir notre beau pays et en particulier la ville de Lyon qui fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO et qui est la capitale de la gastronomie française » - a-t-elle dit.

      M. Adalat Muradov, Recteur de l’Université d’Economie d’Etat d’Azerbaïdjan, a remercié l’Ambassade de France en Azerbaidjan et CEFAM pour la possibilité offerte aux étudiants de se rendre en France. Il a souligné notamment l’activité de Mme Aurélia Bouchez pour la coopération universitaire entre deux pays.

 

"Le Carrefour"

Jean-Claude Jitrois à "Azerbaïdjan Fashion Week" à Bakou

jean claude jitroisA l’Ambassade de la France en Azerbaïdjan s’est tenue la rencontre avec le célèbre fondateur et l'actuel directeur artistique de la maison Jitrois, spécialisée dans le prêt-à-porter de luxe cuirs, couturier français Jean-Claude Jitrois avec les admirateur de la mode et des médias. L’événement a été suivi par des personnalités connues de la mode et représentant de projet "Azerbaïdjan Fashion Week" à Bakou.

Ouvrant l’événement Madame Aurélia Bouchez, Ambassadrice de France en Azerbaïdjan l’a présenté aux invités. Notant que le couturier a déjà visité l’Azerbaïdjan plusieurs fois, elle a souligné que ce serait sa première participation dans le projet "Azerbaïdjan Fashion Week" à Bakou. Madame Aurélia Bouchez a indiqué que son visite joue un rôle important dans le renforcement des relations bilatérales, la France et l’Azerbaïdjan ont la coopération dans le domaine de la mode, au pays il y a beaucoup de sociétés concernées à ce sphère.

Selon elle, l’Azerbaïdjan possède de riches traditions dans le domaine de la mode et la couture de robes. La conduite de "Azerbaïdjan Fashion Week" à Bakou permetra aux concepteurs de l'Azerbaïdjan et des représentants, les couturiers du monde présenter leur travail ici.

L’Ambassadrice a noté que le secteur de la mode a une longue période en France. 7 milliards d’euros sont exportés de la France sur des produits coûteuxde luxe. Elle a remercié tous les organisateurs, en particulier le Ministère de la culture et du tourisme de l’Azerbaïdjan pour le rendu du projet.jitrois

Elle a dit que le célèbre couturier français Jean-Claude Jitrois, un homme qui crée le style pour des stars du monde et les sportifs comme Monica Bellucci, Celine Dion, Beyonce, Lady Gaga, Zinédine Yazid Zidane, Michael Schumacher, présentera ses travaux dans le cadre de la semaine de la mode.

À son tour, Jean-Claude Jitrois a remercié pour l’accueil chaleureux et a noté que se sentaient ici comme en France. Selon lui, la mode est la culture et elle porte une représentation de la culture du pays. Il a invité tout le monde à se familiariser avec sa collection lors de sa présentation dans le cadre de "Azerbaïdjan Fashion Week".

La rencontre comprenait également un défilé de mode du couturier français Jean-Claude Jitrois.

«Le Carrefour»

Un ouvrage de l’académicien Ramiz Mehdiyev paru en France

haut karabaakhL’ouvrage intitulé «Le Haut-Karabagh. L’histoire à la lumière des sources», écrit par Ramiz Mehdiyev, membre titulaire de l’Académie nationale des sciences, chef de l’Administration présidentielle de la République d’Azerbaïdjan, a été publié en français par L’Harmattan, en France.

Cet ouvrage est consacré aux racines historiques du conflit du Haut-Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Se basant sur des sources de l’Antiquité, du Moyen Age et de l’histoire moderne et contemporaine, il met en lumière les origines du conflit, ainsi que l’appartenance territoriale du Haut-Karabagh aux Etats azerbaïdjanais successifs. Il étudie les modifications démographiques, la lutte armée pour le Haut-Karabagh et le processus actuel de négociation mené avec la médiation du Groupe de Minsk de l’OSCE, de même que l’attitude des organisations internationales face à cette situation, notamment le non-respect par l’Arménie des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies concernant le conflit, la nécessité du règlement du conflit au sein des frontières internationales reconnues et de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan en conformité avec les normes et les principes du droit international.

Il constituera une source importante pour les lecteurs français et francophones désirant obtenir des informations objectives et précises sur l’histoire du Haut-Karabagh, les causes de la naissance et les conséquences lourdes du conflit.

 

azertag

"J’ai consacré ma vie au ballet"

baletLe 11 mai Camilla Huseynova, la lauréate du prix "Zirva "et "Qızıl dərviş" a terminé ses activités de 20 ans par intervention au ballet « Shéhérazade » de Nikolaï Rimski-Korsakov. Pour la plupart amateurs d’art, c’est devenu un moment inattendu. Avant son spectacle final nous avons eu une conversation avec elle.

- Madame Camilla Huseynova, tous les amateurs du ballet attendaient que vous allez continuer à ravir ses fans.

- Ballet est un art dans lequel il n’est pas possible d’avancer sans amour à celui. Bien sûr, aucun de ceux qui aime la scène, ne veut pas la quitter. Pour un homme qui a atteint quelque chose dans le ballet c’est un processus psychologique très complexe. Mais il arrive un moment où le corps ne peut pas complètement être responsable du chargement. Mais bien sûr, le désir de danser restera avec moi pour toujours.

- Je pense que sur votre choix a influencé aussi et votre désir de quitter la scène au sommet de la gloire...

- Je ne vais pas cacher, oui c’est ça aussi. Je voudrais que le public me souvient comme la danseuse, la ballerine actif. Il y a un moment où l’artiste quitte la scène, il laisse après lui un récepteur. Je ne pense pas à ce sujet. Nous avons assez jeunes capables avec le désir et il vont accomplir de façon adéquate tous les rôles principaux du ballet. Je serai heureuse de leur succès.

- Vous vous souvenez probablement votre premier rôle?

- Mon premier grand rôle fut dans le ballet «Roméo et Juliette». J’ai tellement aimé la façon de Juliette. Je voyais même dans son sommeil comme je danse ce rôle. Les plus favoris parties étaient-Carmen («Carmen-Suite»), Gulyanag («Tour de la vierge»), Giselle («Giselle»). En termes de répertoire, j’ai été chanceuse. J’ai effectué les œuvres lyriques et dramatiques.

Quelles activités avez-vous maintenant?

- J’ai consacré ma vie au ballet. J’enseigne la chorégraphie.

- La plupart des danseuses se sacrifient à l’art. Mais il arrive trop tard. Mais je sais que vous avez une fille.

- Oui. Sofia et elle a 9 ans.

- Vous vous inquiétiez qu’après devenir une mère votre carrière seterminera?

- Bien sûr. Je pris le risque. En general la plupart des ballerines ne peuvent pas retourner à sa forme après le décret. Moi, malgré toutes les difficultés, dans un court temps j’ai pu restaurer ma forme précédente.

- Votre fille ne voulait pas continuer votre chemin?

- Vous savez, je ne le vois pas ce fanatisme à elle, comme je l’ai. Elle aime danser, regarder avec un grand intérêt à mes performances. Elle regarde ma vie d’art du salon. Elle n’ai pas tombé amoureuse au ballet. Elle a simplement un penchant pour la créativité.

- Quels plans avez-vous en tant que chorégraphe? ифдуе 2

- Dans l’art musical de l’Azerbaïdjan il y a certainement le nombre de œuvres oubliées. Je tiens à rétablir leur stade de développement.

..... et il s’agit du dernièr spectacle...

Disont à cette belle orientale, artiste du peuple de l’Azerbaïdjan Camilla Huseynova: Toutes les bonnes choses dans la vie a sa fin. Telle est la loi de la vie!Nous attendons votre succès en tant que chorégraphe!

 

 

Gulcahan Mirmamed

“Le Carrefour

 

 

Page 10 sur 21