Politique

Le président Ilham Aliyev est arrivé en France pour une visite officielle

D-13-03-07-39.jpg

Le président de République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, est arrivé ce dimanche en République française pour une visite officielle.

Une garde d'honneur était alignée en l'honneur du président Ilham Aliyev à l'Aéroport d'Orly à Paris où flottaient les drapeaux nationaux d'Azerbaïdjan et de la France.

Comme rapporte AZERTAC,le chef de l'Etat a été accueilli par de hauts fonctionnaires d'Etat et du gouvernement français

Le président azerbaïdjanais participe au 13e Sommet de l’ECO

D-1-01-03-2017-1.jpg

Le 13e Sommet de l’Organisation de coopération économique (ECO) entame ses travaux le 1er mars à Islamabad, en République islamique du Pakistan.
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev participe au Sommet.
Comme rapporte APA,le Sommet a débuté avec la récitation des versets coraniques.
 
Le président Ilham Aliyev est intervenu lors du Sommet.

UE: Paris et Berlin poussent vers une Europe à "plusieurs vitesses"

D-11-03-07-34.jpg

L'Allemagne et la France ont poussé vendredi vers le scénario d'une Europe à "plusieurs vitesses" pour surmonter l'épreuve du Brexit, se heurtant au refus des pays de l'Est, Pologne en tête.
Les dirigeants nationaux ont débattu à Bruxelles de leur avenir à 27, après une première réunion jeudi marquée par une confrontation avec la Pologne, qui a tenté en vain d'empêcher la reconduction du Polonais Donald Tusk à la tête du Conseil européen.
"La devise est que nous sommes unis, mais unis dans la diversité", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, évoquant l'objectif d'un texte solennel préparé par les 27 dans l'optique du sommet de Rome, prévu le 25 mars.
La délicate préparation de cette "Déclaration de Rome" a occupé pendant plusieurs heures les dirigeants, réunis sans la Première ministre britannique Theresa May, comme c'est devenu l'usage pour ces réunions sur l'avenir post-Brexit.
"Il faut que l'on soit capable d'avancer plus vite à quelques-uns", a appuyé le chef de l'État français François Hollande, car l'Europe a "montré qu'elle n'était pas capable de prendre des décisions au bon moment".
Il a cité la défense, la zone euro, l'harmonisation fiscale et sociale comme autant de sujets sur lesquels des groupes de pays doivent être "capables d'aller plus vite, plus loin, sans fermer la porte à qui que ce soit", comme c'est déjà le cas aujourd'hui dans d'autres domaines.
D'autres pays, comme la Belgique, le Luxembourg ou l'Espagne ont apporté leur soutien à cette idée.
Pas de 'rideau de fer'

Ce scénario n'instaure pas "un nouveau rideau de fer entre l'Est et l'Ouest", a assuré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. "Ce n'est pas l'intention", a-t-il assuré à l'adresse des pays de l'Est.
Ces derniers, notamment ceux du groupe de Visegrad - Hongrie, République tchèque, Slovaquie et Pologne - s'inquiètent d'être déclassés comme des membres de seconde zone de l'Union.
"Nous n'accepterons jamais de parler d'une Europe à plusieurs vitesses", a prévenu la Première ministre polonaise Beata Szydlo, estimant que cela "compromettrait l'intégrité" de l'UE.
Mme Szydlo s'était déjà illustrée la veille en s'opposant à la reconduction dans ses fonctions du président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, considéré comme un ennemi politique par le gouvernement nationaliste et conservateur au pouvoir à Varsovie.
Mais M. Tusk a été réélu jeudi à une écrasante majorité, à 27 voix contre une. En représailles, Varsovie a refusé d'accepter les conclusions du sommet, qui devaient ponctuer la journée.
Ces conclusions sur des thèmes variés (immigration, économie, défense ou encore la situation dans les Balkans occidentaux), avaient donc été publiées jeudi au nom du président du Conseil européen, avec le "soutien de 27 États membres", sans incidence sur la reconduction de Tusk jusqu'en novembre 2019.
-"Chantage"-
Revenant sur les tensions de la veille, Mme Szydlo a affirmé vendredi qu'elle avait eu une escarmouche verbale avec le président français François Hollande, qu'elle a accusé de "chantage".
"Devrais-je prendre au sérieux le chantage d'un président qui a 4 % de soutien dans les sondages et qui bientôt ne sera plus président ? Je ne sais pas", a-t-elle lancé devant la presse, sans préciser la teneur de propos qu'aurait tenus M. Hollande.
Selon des médias polonais, il aurait évoqué la question des fonds structurels massivement octroyés à la Pologne par l'UE. Mais ni une source européenne, ni l'entourage du président, interrogés par l'AFP, n'ont confirmé qu'il y avait eu des mots assimilables à une menace portant sur ces fonds.
François Hollande a réaffirmé que l'UE n'était pas "un jeu à somme nulle où l'on calculait ce qu'on obtenait pour examiner ce que l'on consentait à mettre en oeuvre", a affirmé la source européenne.
M. Tusk, au coeur de la confrontation de jeudi, a tenté vendredi de concilier toutes les sensibilités concernant l'avenir de l'UE: "Notre principal objectif devrait être de renforcer notre confiance mutuelle et l'unité à 27", a-t-il dit.
Le chef de l'exécutif européen, M. Juncker, a de son côté adressé un message à Londres, qui a promis de notifier son départ de l'UE d'ici la fin du mois: "J'espère qu'un jour viendra où les Britanniques remonteront dans le bateau" européen.

Source: Le Point

Le Plan d’actions de l’Année de la solidarité islamique en Azerbaïdjan a été approuvé

D-15-02-2017-13.jpg

Le Plan d’actions sur la proclamation de l’an 2017 Année de la solidarité islamique en Azerbaïdjan a été approuvé par l’ordonnance du chef de l’Administration présidentielle de la République d’Azerbaïdjan,rapporte AZERTAC

Conformément à l’ordonnance, le service du conseiller d’Etat aux Affaires ethniques, multiculturelles et religieuses est chargé de la coordination de l’organisation de la mise en œuvre du Plan d’actions.
Le Plan d’action représente les événements consacrés à la solidarité dans l’islam, aux orientations de solidarité entre l’islam et les autres confessions, dont l’organisation est prévue dans le pays et à l’étranger.

Le président de la République reçoit le sous-secrétaire permanent britannique des Affaires étrangères

d-06-03-2017-4.jpg

Comme rapporte AZERTAC,le président de la République Ilham Aliyev a reçu, lundi 6 mars, Simon     McDonald, sous-secrétaire permanent et chef du Service diplomatique au Ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni.

L’Azerbaïdjan participera au Forum mondial du tourisme à Istanbul

D-15-02-2017-12.jpg
Le ministre de la Culture et du Tourisme Abulfas Garayev participera au Forum mondial du tourisme qui se tiendra du 16 au 18 février 2017 à Istanbul, en Turquie.
Lors du forum, auront lieu des rencontres concernant les entretiens avec les dirigeants des institutions compétentes des pays participants pour élargir la coopération dans le secteur touristique, la célébration de l'Année internationale du tourisme durable pour le développement, le IVe Forum mondial sur le dialogue interculturel qui se déroulerai en mai prochain à Bakou et les événements organisés en marge de ce Forum.
Comme rapporte AZERTAC, Abulfas Garayev devrait intervenir lors d’une table ronde qui sera organisée pour les ministres participants.

Cybermenaces: Hollande demande la "mobilisation de tous les moyens"

D-1-01-03-2017-6.jpg

PARIS (AFP) -
François Hollande a demandé mercredi lors d'un Conseil de défense et de sécurité réuni à l'Elysée la "mobilisation de tous les moyens nécessaires de l?Etat" face au "risque cybernétique" qui pèse sur la campagne présidentielle française, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.
"Afin qu?aucune action malveillante ne puisse venir entacher la campagne et le vote, le Président de la République a demandé une mobilisation de tous les moyens nécessaires de l?Etat", a déclaré l'Elysée alors que la diplomatie française a multiplié ces dernières semaines les avertissements, pointant les "ingérences" russes.
Le Conseil de défense "a pris acte des mesures de protection supplémentaires prises sur les systèmes informatiques impliqués dans les opérations électorales", a poursuivi l'Elysée alors que le chef de l'Etat avait réclamé à la mi-février des "mesures spécifiques de protection et de vigilance".
"Face au risque cybernétique, l?Agence nationale de la sécurité des systèmes d?information pourra être sollicitée par la Commission nationale de contrôle de l?élection présidentielle et le Conseil constitutionnel, garant de l?élection", a ajouté la présidence.
"A compter du 21 mars 2017, la posture Vigipirate comprendra toutes les mesures nécessaires à la sécurisation des rassemblements publics liés à la campagne et au scrutin", toujours selon l'Elysée.
Le Kremlin, déjà soupçonné d'avoir perturbé l'élection américaine, a également démenti ces dernières semaines des accusations d'ingérence dans la campagne d'Emmanuel Macron.

LA PRESIDENTIELLE EN DIRECT. Hollande demande des «mesures de protection» contre les cyberattaques

D-15-02-2017-9.jpg

Le Canard Enchaîné n'a pas sorti de nouvelle révélation sur François Fillon ce mercredi. Le candidat LR souffle un peu, mais il ne manquera pas d'évoquer le «climat» auprès de Nicolas Sarkozy qui le reçoit à déjeuner dans ses bureaux. C'est l'un des porte-parole de Fillon qui fait les frais du journal d'investigation:des détails sont donnés sur les motivations de l'enquête préliminaire du parquet de Nanterre qui vise depuis septembre Thierry Solère. Lui crie à «la chasse à l'homme» acharnée contre son camp.

Les proches de François Fillon et les tenors du parti Les Républicains appellent désormais à retourner sur le terrain et à faire campagne. «C'est impossible», rétorque Georges Fenech, toujours très remonté.

Source: Le Parisien

Page 2 sur 20